Mina Voyance

Divination ou le risque de l’illusion

Home »  Le blog du rédacteur »  Divination ou le risque de l’illusion

Le 19 mai 2017,

Avertissement : cet article n’engage que moi.

Divination, l’art qui permet de lire l’avenir

Divination et voyance entretiennent encore de nos jours le mystère. D’abord, la voyance est une faculté naturelle. C’est aussi une forme de divination parmi d’autres disciplines codifiées. Surtout, ce sont des praticiens qui en fonction de leurs capacités, utilisent des méthodes de travail différentes :

  • Médium, celui qui facilite la connexion entre le monde des vivants et celui des disparus.
  • Voyant pur ou avec support, celui qui perçoit intuitivement et celui dont le support enclenche sa voyance.
  • Clairvoyant-clairaudient, celui qui a la capacité de capter des sons et des messages.
  • Cartomancien-tarologue, celui qui utilise les cartes comme un outil.

On pourrait aussi citer l’astrologie, la numérologie, la radiesthésise, qui sont des disciplines que l’on peut étudier mais la voyance c’est tout le contraire…

Aussi venons-en à disséquer quelques critères et expliquer ce qui peut se cacher derrière certains termes fréquents et réitérés dans le domaine.

En quête de voyants

Vous voici à la recherche d’un voyant. Dans un magazine de diffusion nationale ou dans une revue divinatoire, vous devriez être attiré par des encarts. L’affiche publicitaire est travaillée, façonnée pour inspirer confiance… mais attardons nous sur le fond :

> L’expérience ou ancienneté : les années de pratique ; si elles sont importantes pour le praticien qui se présente, ne sont pas un critère de choix exclusif. Ce n’est pas au nombre d’années que l’on reconnaît un bon voyant. Ne dit-on pas que l’expérience consiste en intensité et non en durée !

> Publicités tapageuses et overdose de superlatifs : les 99% des clients satisfaits, les seuls, les vrais, les meilleurs, les lauréats, les experts, les coachs de vie… Sans oublier ceux qui aiment à rappeler qu’ils côtoient les stars ou passent à la télévision (régionale). Bref un monde à part, qui s’approprie un langage commercial et des techniques marketing qui font vendre.

> Les tendances exécrables de la divination qui font sourire ou bondir : les médiums de haut-niveau, les labellisés, les victoires, les étoiles de la voyance, les premiers prix, les guides de la voyance, les arnaques à la magie noire, le maraboutage, les maîtres guérisseurs et la voyance gratuite !!!

> Les honoraires : des entreprises commerciales cassent les prix comme au supermarché. On a même inventé la voyance discount…affligeant ! Cependant une certitude : ce n’est pas au nombre d’euros réclamés que l’on reconnaît les véritables dons des voyants.

Mais alors qui pour juger des compétences puisqu’il n’existe ni écoles, ni formations, ni diplômes ou d’organisme de contrôle du don ?

Assurément les consultants qui jugent à qui ils ont affaire et qui sont les mieux placés pour pouvoir jauger toutes les qualités d’un professionnel et la fréquence de ses succès (les prédictions qui se réalisent).

Tout ce qui brille sur le web n’est pas or


En plus, voici quelques règles ou observations qui pourraient vous aider :

> Jugez par vous-même : consultez les avis des consultants ou parcourez certains forums indépendants qui donnent des indications. Bien sûr le résultat n’est pas garanti à 100% mais vous devriez pouvoir faire le tri.

> Le bouche à oreille : assez souvent, je constate que ce sont nos clients satisfaits qui parlent de nous à des proches. Je fais le rapprochement car une fois sur deux c’est le cas.

> Ne réglez rien sans savoir : il est encore bon de rappeler qu’une voyance audiotel est facturée sur la note de téléphone de celui ou celle qui appelle. Dans tous les cas, y compris pour certaines consultations privées, c’est notre fournisseur de services qui émet la facture. Sous l’intitulé AABAS Interactive. J’évoque rapidement ceux qui appellent du travail. Pas bien !

Ce qui suit est énervant

> Passez votre chemin : ne vous aventurez pas dans la voyance gratuite. Je ne connais personne qui nourrisse sa famille en travaillant gratuitement. 10 minutes gratuites, c’est l’appât le plus fréquent… mais il faut tout de même communiquer son numéro de carte bancaire ?

> Vous êtes fichés : suite à une offre alléchante, la consultation à pas grand-chose ou un tirage gratuit sur le web, permettent aux activistes commerciaux d’enregistrer vos coordonnées personnelles et/ou bancaires. Votre adresse de messagerie devient une usine à relances, cela va devenir du harcèlement. De plus, vous risquez d’apprendre que d’illustres voyants rêvent de vous et qu’ils ont reçus pour missions de vous venir en aide…

Petite conclusion

Après ces quelques informations, vous devriez être convaincu qu’un voyant qui se respecte ne se dissimule pas. Etre voyant ce n’est pas uniquement la fonction d’aider les autres, c’est aussi respecter des engagements tout en se heurtant parfois à des incertitudes.

J’ai souvent observé (en soutien de Mina) que les gens pressés et avides de complaisances ne supportent pas très longtemps une personne qui a du talent. Ils sont très vite agacés par ce qu’ils ne veulent pas entendre. Ils raccrochent sans dire au revoir (sur audiotel) et ne reviennent jamais. On ne peut que s’en réjouir.

La voyance est une passion sur le long terme. Si on débute modestement, on bonifie son don au fil du temps et au contact des belles âmes. Ainsi le voyant qui a su rester humble, honnête et garder les pieds sur terre, aura réussi une partie de son sacerdoce.